4 manières de financer un bilan de compétences

Le bilan de compétences est l’occasion idéale pour faire le point sur votre savoir-faire, vos compétences ainsi que vos envies sur le plan professionnel. Il représente un excellent moyen de reconnaître votre projet professionnel. Il est tout à fait possible de bénéficier d’une prise en charge partielle ou totale de votre bilan. Découvrez les différentes manières de financer un bilan de compétences.

Passez par Pôle Emploi pour financer votre bilan de compétences

En tant que demandeur d’emploi, vous avez la possibilité de réaliser un bilan de compétences en sollicitant l’Aide Individuelle à la Formation (AIF) par le biais de Pôle Emploi. Le temps d’attente est assez court, ce qui permet de démarrer rapidement votre bilan de compétences.

L’Aide Individuelle à la Formation peut être demandée pour les formations éligibles au CPF, mais aussi pour celles qui ne le sont pas. Si le compte CPF du demandeur d’emploi n’est pas assez alimenté ou si une partie seulement du coût n’est pas pris en charge, Pôle Emploi peut vous proposer un abondement.

Validez au préalable votre projet professionnel avec votre conseiller qui sollicite ensuite un devis auprès d’un organisme de bilan de compétences. Ce devis est transmis à Pôle Emploi qui étudie votre demande. Si celle-ci est en accord avec votre projet professionnel, elle est alors acceptée. Dans le cas contraire, Pôle Emploi est en mesure de refuser le financement du bilan de compétences.

Lire aussi :  Liste des finalités d’une entreprise et explications

Financez votre bilan de compétences avec votre CPF

Grâce à la réforme de la formation professionnelle, entrée en vigueur le 1er janvier 2019, vous pouvez financer en partie ou entièrement votre bilan de compétences en activant votre CPF. Le Compte Professionnel de Formation ou CPF est un dispositif accessible à toutes les personnes qui ont intégré le monde du travail.

Elle permet de sécuriser votre parcours en cumulant des heures de formation professionnelle (en dehors ou dans le cadre des heures de travail).

Tous les ans, et jusqu’à l’âge de la retraite, le CPF de chaque salarié français actif est crédité d’un montant forfaitaire de 500 ou 800 € pour des catégories d’actifs spécifiques. Le plafond de cette cotisation ne peut pas dépasser 5 000 ou 8 000 €. En dehors du bilan de compétences, cette somme sert aussi à financer des actions de formation.

financement bilan de compétences

Financez le bilan de compétences via le plan de formation de votre employeur

Les entreprises ont plusieurs obligations vis-à-vis de leurs salariés, notamment celle de leur permettre de s’adapter à leur poste de travail. Elles doivent aussi leur assurer la capacité à occuper leur emploi en proposant entre autres des formations ciblées. Un dispositif spécifique, le Plan de Développement des Compétences, est alors utilisé.

Parmi les formations qui figurent dans ce plan, on peut citer le bilan de compétences. Dans le cadre de ce dispositif, c’est généralement l’employeur qui prend l’initiative d’inscrire son salarié pour réaliser un bilan. Les conclusions du bilan de compétences ne lui sont toutefois pas communiquées. Le salarié a aussi la possibilité de refuser cette initiative.

Lire aussi :  Nombre de jours ouvrés par mois en 2023

Indépendants : comment financer votre bilan de compétences ?

Les indépendants ont aussi la possibilité de financer leur bilan de compétences. Comme ils ne disposent pas du statut de salarié, ils doivent se tourner vers leurs fonds d’assurance formation (FAF). Ce montant varie en fonction du secteur d’activité du travailleur indépendant. Pour solliciter une prise en charge, vous devez cependant payer la cotisation à la formation professionnelle.

Ainsi, pour bénéficier du FAF, les professions libérales médicales se rapprocheront du FAF-PM, les professions libérales du FIF-PL et les dirigeants non-salariés de l’industrie, du commerce et des services de l’AGEFICE. Les artisans auteurs contacteront l’AFDAS et les auto-entrepreneurs artisans non inscrits au RM doivent se rapprocher du FAFCEA.

Je m'intéresse à tous les sujets liés au monde du travail et de l'entreprise.